Archives par mot-clé : violences conjugales

Je marche 700 KM contre les féminicides

100 femmes sont mortes assassinées par leur conjoint ou ex depuis le 1er janvier 2019. Ce chiffre augmente plus vite que l’année dernière. Les féminicides par compagnon ou ex progressent en France. Le gouvernement ne prend aucune mesure d’envergure pour empêcher ces crimes. Les agents de police n’accueillent pas dignement les femmes victimes de violence. Les tribunaux ne jugent ni ne condamnent justement les auteurs de violence. Les lois ne sont pas appliquées et les femmes meurent, tous les deux jours en moyenne.

Moi-même victime de violence sexiste et sexuelle, je ressens la rage, l’injustice et le désespoir. J’achète un t-shirt arborant le slogan féministe « Ni una menos » (« Pas une de moins », en espagnol), je prends mon sac à dos et mes bâtons de marche et je monte dans un bus en direction de l’Espagne. Je m’arrête à Bilbao et je reprends le chemin de Compostelle là, où je l’ai quitté l’année dernière.

Le 4 septembre 2019, je pars de Bilbao en direction de Saint-Jacques de Compostelle. 700 kilomètres et 45 jours de marche m’attendent. Le chemin de pèlerinage permet la réflexion, l’introspection et la rencontre. Je l’ai commencé en 2016 à Paris. J’ai déjà marché 1000 kilomètres depuis mon domicile. Après deux étapes successives, j’entame la troisième et ultime séquence. Je ne reviendrai qu’après l’avoir conclue.

Je dédie mon chemin à toutes les victimes de féminicides. Je l’inscris dans mon travail de journaliste. Je tiens à diffuser mon histoire et celle des femmes à toutes les personnes que je rencontre. Je demande au gouvernement français d’agir urgemment pour empêcher un crime de plus. Je signe la pétition et la diffuse autour de moi, pour que la justice s’applique.

Ma marche s’appelle #MarchAgainstFemicide. Je marche 700 kilomètres contre les féminicides. Tu peux me suivre sur les réseaux sociaux : Instagram @Marie4lbert ou Twitter @Marie4lbert. Si tu connais l’histoire d’une femme victime, écris-moi pour que je partage son souvenir. Nous ne l’oublions pas.