Archives de catégorie : Journal

#3 New York-Marseille en cargo : les 10 photos ultimes

9 avril 2019 : « J’ai mal à la tête et à l’œil du côté droit. J’ai aussi mal à la gorge quand je déglutis. Nous venons de partir du port de New York. Je suis arrivée il y a 6 heures sur le bateau et j’ai déjà envie de baiser 1/10ème de l’équipage. » NEW YORK

Continuer la lecture de #3 New York-Marseille en cargo : les 10 photos ultimes

#2 Chine-USA en cargo: mes 12 photos souvenirs

21 février 2019 (2ème jour à bord) : « Nous avons jeté l’ancre toute la journée en attendant que le port de Shanghai nous accueille. Ce sera la nuit prochaine. Après ma lune de miel hier, je remets les pieds sur terre aujourd’hui. JE DÉPRIME. Manger avec des gens qui ne parlent pas et devoir trouver un sujet de conversation me déprime. Ne rien faire de la journée et ne pas avoir accès à internet me déprime. »

Continuer la lecture de #2 Chine-USA en cargo: mes 12 photos souvenirs

#1 France-Chine en cargo: mes 20 images choc


1er janvier 2019 : « On a décidé que ce serait l’année de la meuf. J’ai décidé d’arrêter les réseaux sociaux. Mon premier roman aura pour titre La Puissance, mon tour du globe en 120 jours. Je suis partie pour la fuir. Je suis partie pour le fuir. Est ce que je finis par me fuir moi-même ? Comme je m’ennuie lorsque je suis seule. »

Continuer la lecture de #1 France-Chine en cargo: mes 20 images choc

«D’après une histoire vraie»

Les yeux perdus dans le vague, je fixe mon interlocuteur, cherche un soutien. Voilà trois mois que je vois net, pourquoi la nature me rappelle-t-elle ma misère oculaire ? J’ai subi une opération de la myopie en juillet. Continuer la lecture de «D’après une histoire vraie»

Moscou m’a tuer

macha

L’autre soir sur Arte, le documentaire « Poupées russes, diamants et grosses cylindrées » a failli me faire pleurer. Le réalisateur Alexander Gentelev dresse un portrait terrifiant des femmes d’oligarques dans la Russie moderne, et de leurs petites sœurs à la recherche du prince charmant à Moscou. Continuer la lecture de Moscou m’a tuer