Vieux Boucau-Hossegor : fin de Compostelle

Sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle – via Turonensis (voie de Tours)

J’ai tellement écrit que l’encre a coulé. Je n’ai plus rien à dire c’est terminé. Il n’y a plus rien d’Hossegor que le bronzage sur mes mains. Quelques souvenirs d’une ultime étape dans la grisaille landaise. Les derniers quinze kilomètres sont douloureux, le sac à dos se fait lourd, je m’arrête dans les fougères. image
La nostalgie de 2012 est déçue par Hossegor, les touristes sont déjà arrivés. Plus de vélos que de piétons. Je mange sans faim crustacés, je bois monaco, je dévore churros. Impossible de me baigner, l’eau est froide, il bruine. Allongée sur la plage centrale, je remplis 25 cartes postales d’un trait. J’attends que les surfeurs disparaissent de mon champ de vision. Puis je rentre dans les terres.
image
Je prends le bus pour Bayonne, puis le train de nuit pour Paris. Je m’endors, pour ne pas sentir mes pieds, aisselles et voisin. Le métro parisien est glauque au petit matin, il fait dix degrés de moins. Compostelle, c’est terminé. Je rentre à la maison en attendant. De repartir.

M.A.
Samedi 2 et dimanche 3 juillet 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑